Communication institutionnelle digitale : les clés

VIRAGENANCY

 

 

Organisée par le Syndicat National des Attachés de Presse (Synap), VirageNancy a réuni le 26 septembre 2013 plus d’une centaine de professionnels des relations presse et relations publiques. Un des ateliers, animé par Thierry do Espirito, traitait de la communication institutionnelle digitale et des voies et moyens pour l’améliorer. Voici quelques éléments de réponse évoqués lors de cet atelier.

1 – Faire une revue de site

– Organiser simplement l’info
Jouer la visibilité : caractère lisible, couleurs aidant la lecture, place et format des illustrations, etc.

Le format des pages :
– Titre résumant bien le contenu et donnant envie de lire,
Texte court (1000 signes),
Info importante au début, illustration (photo, graphique, dessin, etc.)
– Une action proposée à l’internaute : cliquer sur un ou des liens pour infos complémentaires, voir un formulaire, lire une vidéo, etc.

Les contenus
– Faire en sorte que ses contenus soient webisés : par exemple, une vidéo ne doit pas dépasser 1:30, sinon les internautes décrochent.
– Donner envie de lire et d’aller plus loin : que doit faire l’internaute une fois qu’il a lu la page ?
– Rechercher en permanence la valeur d’usage maximale : que feriez-vous de cette page à la place de l’internaute ?

2 – S’approprier les réseaux sociaux

– La meilleure manière de comprendre les réseaux sociaux est d’y être présent et actif !
– Certains réseaux sociaux offrent un vrai service : collection de photos de Pinterest (ici, Bar-le-Duc), images décalées et améliorées d’Instagram (ici un événement sur Instagram), profils personnels et profils d’entreprise sur LinKedin.

3 – Apprendre à gérer les éventuelles conséquences négatives

– Si on n’est pas sur les réseaux sociaux, on ne peut pas savoir que votre entreprise est l’objet d’attaques ou de dénigrement sur tel ou tel réseau
– Il existe maintenant des pratiques et des moyens pour gérer les crises sur les réseaux sociaux.
– Une crise doit d’abord appréciée à sa juste valeur. Beaucoup disparaissent d’elles mêmes.
– Si des personnes attaquent l’entreprise ou l’organisme, il faut d’abord essayer de savoir qui parle (client direct, parent, « troll »…). Puis répondre de façon factuelle. Puis isoler peu à peu les personnes les plus concernées ou virulents et répondre le cas échéant en privé.
Le droit à l’image peut brider les institutions. Mais les obstacles juridiques ont désormais des réponses pratiques. Par exemple, un individu peut attaquer en justice si sa photo est diffusée sans son accord. Mais les individus d’une foule participant à un événement n’ont pas les mêmes droits.
– Il est possible, via des formulaires spécifiques, de demander l’accord des personnes ou de parents, participant à un événement (colonies de vacance, par exemple) si on veut utiliser les photos sur le site web par la suite.